La Situation Actuelle des Organisations des Droits de l'Homme en Afrique Sub-Saharienne

ERYTREE


CONTEXTE HISTORIQUE

L'état d'Erytrée a été établi le 27 avril 1993 par suite d'un référendum des Nations Unies où 99,8 pour cent de sa population a voté la séparation de l'Ethiopie qui l'avait annexée en 1962. Le pays, avec 3,2 million d'habitants, qui a un régime de parti unique, est gouverné par le Front de Libération Populaire Erythréen (EPLF) dirigé par Isaias Afewerki. On n'envisage pas encore des élections.

En Erytrée les droits de l'homme fondamentaux sont garantis par la loi et la plupart des violations des droits de l'homme sont liées à des abus non-systématiques de la part de la police, des conditions pauvres des prisons, etc. Cependant, il existe des pressions fortes pour que les citoyens respectent les autorités au lieu de les défier. Il y a une impression répandue qui est encouragée par des allusions officielles que la dissidence politique est "anti-patriotique", surtout en ce moment où l'indépendance politique en est encore à ses débuts. A présent, le gouvernement a suspendu les activités de plusieurs organisations non-gouvernementales, y compris le Regional Centre for Human Rights and Development à Asmara, sous le prétexte qu'il n'y aucune loi qui régisse leurs opérations. On s'attend à ce que l'ordre de suspension soit révoqué au début de 1994 au moment de l'entrée en vigueur de la nouvelle loi. Ci-dessous, on présente des détails sur le seul groupe des droits de l'homme évalué dans ce rapport.

LA SITUATION DES ORGANISATIONS DES DROITS DE L'HOMME

A présent, le seul groupe des droits de l'homme connu dans le pays n'est pas en mesure de proposer des programmes de formation aux autres organisations non-gouvernementales des droits de l'homme et aux activistes dans la région, parce qu'il en est encore à ses débuts et il ne fonctionne pas encore.

Regional Centre for Human Rights and Development (Centre Régional pour les Droits de l'Homme et le Développement)

Histoire

Le Regional Centre for Human Rights and Development a été établi en avril 1992 pour promouvoir les droits de l'homme et le développement économique et social. Il envisage l'éducation, les recherches, les communications et la défense des droits.

Structure

Le Centre est dirigé par un Directeur Exécutif, Paulos Tesfagiorgis et a le personnel suivant: Karen Hausser, Coordinatrice du Programme; Abebe Kidane, Directeur adjoint; un Directeur de Communications et un Secrétaire Exécutif. Le Conseil Administratif du Centre n'est pas encore établi complètement.

Le Centre est actuellement situé dans un bureau de sept pièces.

Situation actuelle

Au début de 1993, le gouvernement intérimaire de l'Erytrée a suspendu les opérations du Centre. Depuis lors, ses activités sont limitées. On s'attend à ce que le Centre reprenne complètement ses activités dès que le gouvernement promulguera une loi pour régir les activités des groupes non-gouvernementaux dans le pays. Cette loi sera promulguée, on l'espère, à la fin de 1993 ou au début de 1994.

Programme

En 1992, le Centre a tenu une journée d'étude sur la "Consultation sur les lignes des non-gouvernementales, les politiques multilatérales et le crédit rural en Erytrée". La journée d'étude visait à faciliter et à promouvoir l'analyse et le développement des stratégies non-gouvernementales. En 1993, le Centre a initié un projet indépendant qui s'appelait le Citizens' Referendum Monitoring Group, qui a formé 215 effectifs pour contrôler et observer le déroulement du référendum pour l'indépendance tenu en Erytrée.

En Novembre 1993 le Centre a présenté une journée d'étude sur les "Stratégies pour la construction institutionnelle des organisations des droits de l'homme et des organisations pour les droits des femmes en Afrique orientale" en coopération avec Human Rights Internet du Canada et le Centre Africain pour la Démocratie et les Etudes des Droits de l'Homme basé à Banjul. Le Centre envisage d'établir un journal et une imprimerie au début de 1994 dès que le gouvernement promulguera une loi sur la presse, comme prévu. Le Centre envisage également à promouvoir l'instruction sur les droits de l'homme dans les écoles.

- Clement Nwankwo


Home || Treaties || Search || Links